Carnet de route

Séjour Escalade en terrain d'aventure au Caroux

Le 18/08/2021 par LECHARLIER AURORE

Participants: André, Michel, Frédéric, Aurore

Pour ce séjour, destination le massif du Caroux, aussi appelé la “femme couchée” (Cebenna, voir mythologie), situé dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc (Hérault - vallée de l’Orb). En plus d’être un paradis pour les mouflons (emblématiques), ce massif est réputé pour la grimpe en terrain d’aventure… de l’initiation à l’abominable (ou presque)!

Dimanche 1/08/21

Départ de Lourdes 07:00, arrivée pour l’enregistrement au camping du village de Roquebrun vers 11h30. Michel nous annonce que c’est son anniversaire… donc le pique-nique se termine par une petite pâtisserie trouvée à la hâte! Malheureusement le choix d’André pour une crème aux marrons s’avère être chargé de plus de crème fraîche que de marrons, ce qui lui pèsera dans l’estomac pour le reste de l’après-midi de grimpe dans la voie de l’Horloger (3 longueurs, équipé) à l’entrée des gorges d’Héric, site symbolique et très touristique du Caroux (parking 3.5 €/jour). La voie de l’Horloger débouche au sommet de la Tête de Braque d’où la vue s’ouvre sur les autres arêtes, aiguilles et sommets du Caroux qui nous attendent pour les prochains jours. Après une descente en rappel (50 m), nous rejoignons le parking par un ravin-sentier qui donne déjà le ton de ce à quoi ressemblent les sentiers du Caroux…

Lundi 2/08/21

Après ~1h de marche d’approche par les gorges d’Héric, nous arrivons au pied de l’Arête des Charbonniers, idéale pour l’initiation à l’escalade en terrain d’aventure (première pour Aurore). Deux cordées: Fred (en tête) et André, suivi d’Aurore (en tête surveillée par André…) et Michel. Très chouette arête (TA, AD, ~8 longueurs), mais la devise du Caroux nous apparaît vite claire: “c’est par où ?” ! Malgré les topos, pas facile de reconnaître les repères et de respecter les longueurs annoncées! Arrivée au sommet à une “salle à manger”. Nous empruntons ensuite le sentier des Aiguilles jusqu’au col de la Narquoise (685 m) à côté de la Main de Farrières pour plonger dans le fond des gorges jusq’au village (isolé et majoritairement en ruines) d’Héric où l’on admire le travail de constructions de pierres des anciens dans ces gorges escarpées. Malgré la sécheresse apparente, la végétation est dense et luxuriante: bruyères en fleur tapissant de rose le haut des cols et des plateaux, figuiers, châtaigners, chênes verts… et d’innombrable cigales invisibles aggrémentent le tout de leur stridulations ! Retour au parking par la piste des gorges d’Héric.

Mardi 3/08/21

Nous partons cette fois du joli hameau de Sévirac dans les gorges de Madale pour nous rendre au pied du Pilier du Bosc (~1h30 d’approche par un sentier très sportif… déconseillé aux randonneurs du dimanche !). Un caillou plat collé à la paroi indique le départ de ce pilier (TA, AD, ~7 longueurs). Plusieurs passages exposés en 5 nous secouent un peu les bras et la tête. Ce pilier comporte aussi le passage d’une “jolie” enjambée située après un béquet très   aérien et effilé à franchir (c’est en effet très joli une fois passé !). Le sommet du pilier se caractérise par un passage ludique sur un rocher suspendu mais bien coincé qu’André immortalise en photo !

Mercredi 4/08/21

Pluie toute la nuit et jusqu’à 15h. Journée de repos ! André nous promène en voiture sur le pourtour et les plateaux du massif du Caroux-Espinouse, par le col de Fontfroide, parsemés de plusieurs points de vue (malheureusement bouchés par le brouillard…). Nous arrivons dans la réserve nationale de chasse du Caroux-Espinouse (parc naturel régional du Haut-Languedoc) où le mouflon est particulièrement protégé et suivi. Michel (ex-garde de divers parcs naturels) nous renseigne abondamment sur le mouflon, le cyrcaète-jean-le-blanc et autres faunes et flores de la région. On continue la boucle jusqu’à hauteur du hameau de Madale où l’on se rend à pied (quand même!) et au bout duquel, en suivant une piste surplombant les gorges de Madale et passant par une ancienne carrière, on arrive pile en face (versant opposé) du Pilier du Bosc gravi la veille.

Jeudi 5/08/21

Départ des gorges d’Héric pour se rendre, toujours par un sentier scabreux (~1h30 d’approche), au pied de l’Arête des Triangles (TA, AD, succession de 8 faces “triangulaires” entrecoupées de ressauts plus ou moins boisés). Ouverture en tête par Aurore (c’est bon c’est validé!). Globalement cette arête a été moins appréciée car il n’y a pas de continuité en raison des ressauts, pas de vue d’ensemble sur l’arête, pas d’ambiance “montagne” et on avait du mal à voir la fin.

Vendredi 6/08/21

À partir des gorges d’Héric, Michel part randonner en remontant vers le nord le ravin du Rieutord pour rejoindre le plateau du massif en direction de Douch. Retour par le refuge de Fond-Salesse (propriété de l’ONF), le col de Bartouyre et le sentier des Gardes.

André, Fred et Aurore partent vers l’arête sud-ouest de l’Aiguille Viallat, une des trois grandes aiguilles emblématiques de la tête de la “femme couchée”. Il nous faut 3 heures pour trouver le début de la voie (TA, AD, 6 longueurs) en empruntant un tronçon du sentier des Aiguilles on ne peut plus cahotique, glissant, exposé, ravineux, qui ne cesse de monter et de descendre et comporte des passages chaînés et humides. On finit par trouver le début de la voie grâce à la photo d’un topo Camp-to-Camp. Pour que ça ne traîne pas trop, Fred ouvre la voie dont l’itinéraire de la 3ème longueur n’était pas évident. Il a fallu tant chercher par où ça passait qu’Aurore s’est endormie au relai (pourtant pointu) pendant qu’André assurait Fred… On arrive au point fort de cette arête: un surplomb gazeux sous l’antecîme dénommé la Tête d’Oiseau ! Décrit comme du “4 exposé mais bien protégé (2 pitons)”, ce bec surplombant le vide parraîssait plus horrible qu’il ne l’est en fait une fois franchi. C’est vraiment un “joli” passage ! Arrivés au sommet, un chouette rappel de 40-50 m nous attend, dont les 15 derniers mètres en fil d’araignée. On atterrit sur une vire ravineuse et on redescend par des vires cairnées mais caillouteuses, instables, scabreuses, vertigineuses et plongeant dans le ravin… digne du Caroux !

Samedi 7/08/21

Pluie le matin: repos ! Visite à pied du village de Roquebrun (traces d’activité humaine dès la préhistoire) qui tire son nom de Roca Bruna, la “tour brune”  (X-XIème siècle) erigée sur un éperon rocheux surplombant le village. Le village comporte un site de falaises d’escalade équipées mais interdites depuis 2018 suite à des éboulements. On se redirige donc en milieu d’après-midi vers les gorges d’Héric pour aller s’entraîner dans des couennes.

Dimanche 8/08/21

On retourne une dernière fois aux gorges d’Héric pour gravir l’arête nord-est de la Tête de Braque (voie semi-équipée, 5 longueurs). On grimpe en réversible, ça grimpe bien. Sous la Tête de Braque, Aurore et Fred tentent une  sortie directe pour accéder au sommet par un dévers dans lequel une plaquette était fixée. En fait, cette variante était décrite (5a) mais nous ne l’avons pas prise au bon endroit… Après plusieurs tentatives, on finit assurés par André par le haut car ça ne passait pas par là ! La boucle est bouclée: on redescend par le même rappel qu’il y a 7 jours. Au sommet, Michel voit surgir un grimpeur en solo intégrale, qui a désescaladé là où tout le monde passe en rappel… il devait bien connaître le coin !

Faune observée ou entendue:

  • mouflons: 3 adultes et un jeune observés dans la piste des Aiguille sous l’Aiguille Viallat
  • un vison (noir) sur les bords et dans l’eau du torrent des gorges d’Héric
  • un pic noir en vol
  • faucons crécerelle
  • hirondelles de rochers: un nid de ≥ 3 oisillons dans la falaise au pied de la voie de l’Horloger
  • vautour fauve
  • guêpiers d’Europe
  • hirondelles de fenêtres (sous les génoises dans le village)
  • cigales

Conclusion: “Le Caroux est un monde et tous ceux qui y ont bartassé le savent, un monde assez inextricable” (livrets CAF Bézier-Caroux).

Une pensée pour ceux qui n’ont pas pu venir… mais ce massif est tellement vaste, fourni et caillouteux qu’il fera certainement l’objet de nombreuses re-visites exploratrices !

Merci à tous,

Aurore

CLUB ALPIN FRANCAIS LOURDES CAUTERETS
1 PLACE DE LA REPUBLIQUE
RESIDENCE LE LAVEDAN
65100  LOURDES
Contactez-nous
Tél. 05 62 42 13 67
Permanences :
mercredi et vendredi de 15h00 à 18h00
Agenda