Carnet de route

VTT: Les Bardenas

Le 21/05/2009 par Montane Jean

Situé au Sud-est de la Navarre, le désert des Bardenas s’étend dans ses plus grandes dimensions sur 45 km de long et 25 km de large, son altitude varie de 260 à 650 mètres.

Le climat y est de type méditerranéen, les températures varient de -5°C à + 50°C.

Le sol est constitué d’argile, de marne, de calcaire, de gypse et de sable provenant de l’érosion de gré, lors de période de pluie le sol se transforme en boue collante ou glissante rendant les chemins impraticables et dangereux.

Le camping y est interdit sous toutes ses formes, il est interdit d’y séjourner après 20h00.

 

Jeudi 21 mai – Bardena Blanca Alta.

Départ de Lourdes avec Claudine à 06h15, direction Oloron, le tunnel du Somport, Jaca et à droite vers Pampelune jusqu'à proximité de Carcastillo au Nord du désert, arrivée à El Paso vers 10h15 après presque 250 kilomètres.

Au départ l’air est frais et accompagné d’un petit vent, aussi nous nous délestons d’un peu d’eau (qui nous manquera par la suite), nous nous dirigeons vers l’Est par une piste roulante entre cabanes plus ou moins en ruines, cultures de blé et champs de cailloux d’où émergent quelques brins d’herbe que se disputent des brebis, puis nous plongeons au Sud en effleurant le cirque abritant le Castillo de Peñaflor pour rejoindre la partie centrale de plus en plus aride, après une traversée vers l’Ouest par la piste principale (qui fait le tour d’un polygone de tir utilisé par l’aviation espagnole), nous rejoignons les trois plus haut sommets regroupés ici comme pour mieux se jauger, c’est à pied que nous finirons d’atteindre le premier, la Piskerra (468 m) après être passé par la cabane éponyme, nous y apercevons ses deux voisins, le Rallon (500 m) tout d’abord, toujours atteint à pied puis le Ralla (498m) vaillamment défendu par des hordes de moustiques écourtant notre observation du superbe panorama, il nous reste à remonter au Nord pour rejoindre la voiture, en début d’après-midi la chaleur est apparue et c’est par presque 30° et sans plus d’eau que nous terminerons les derniers kilomètres d’une piste chauffée par le soleil.

Au final nous aurons parcouru 60 km et rencontré peu de monde, tous français ; il ne nous reste plus qu’à rejoindre Villafranca pour une douche froide mais réparatrice au camping.  

 

Vendredi 22 mai – Bardena Blanca Baja.

Levé 07h00 et départ à VTT à 09h00 du parking Aguilares (point d’accès privilégié du désert), nous nous échauffons sur quatre kilomètres de piste roulante qui nous conduit à l’emblème du désert le « Castildetierra » cône de roche ou cheminée de fée c’est selon, à la cabane Aguirre nous bifurquons pour rejoindre une cirque habité de pins d’Alep et emprisonnant les vestiges du Castillo de Peñaflor que l’évolution du site a perché sur un disque rocheux le rendant inaccessible. Après avoir observé l’avifaune, vautours et pecnotères entre autre, c’est un renard qui nous approche espérant certainement de la nourriture, nous rejoignons le plateau supérieur que nous longeons en empruntant les bordures de champs de blé ou en poussant notre VTT à travers un champ fraîchement labouré pour rejoindre la Punta de Estroza (462 m). En contrebas nous apercevons le Barranco Grande que nous devons emprunter pour rejoindre à nouveau la cabane Aguirre, la descente ce fait vélo à la main vu « l’abrupteté » du sentier, les berges des barrancos (véritables gorges que creusent des eaux tumultueuses absentes en cette période) évoluent au fils des ans et c’est en empruntant un barranco secondaire que nous parvenons enfin à rejoindre le fond du Barranco Grande, y rouler et agréable mais attention aux « flaques » d’eau car en les traversant vous prenez le risque de vous y trouver bloqué avec de la boue jusqu’au moyeux. Parvenu à la cabane c’est par la piste principale (large et ennuyeuse) que nous contournons le polygone militaire pour rejoindre une boucle passant par le Balcon de Pilatos et qui nous conduit jusqu’à la voiture par une piste aride et poussiéreuse, la chaleur présente dés le matin atteint son paroxysme avec presque 35° (encore loin des 50° habituels en été).

55 km parcourus et toujours peu de monde rencontré si ce n’est sur la piste principale empruntée par des motards chauffants sous leurs blousons et des cars climatisés de seniors.

Après une douche toujours froide au camping, direction Tudela pour quelques courses et pour visiter la plaza mayor avec ses cigognes nidifiant sur les monuments, et ses terrasses de café ou nous nous désaltéreront. 

 

Samedi 23 mai – Bardena Negra.

Levé 07h00 (après une nuit ou de rares et courtes averses orageuses ont fait tombé la poussière) et départ 09h00 à VTT depuis un embranchement proche de la cabane des Catalans, changement de décor, sous un ciel laiteux une longue et régulière côte nous conduit sur un plateau verdoyant couvert de blé et d’amandier, la piste fait le tour de ce plateau surgit au milieu de la plaine jusqu’à rejoindre l’Ermita de Sancho Arbaca survolé par un couple d’aigle  mais malheureusement cerné d’antennes disgracieuses, nous dégringolons une piste pour mieux remonter sur la Punta de la Aguda (625m) à pied sur les dernières dizaines de mètres. La piste ondulant sur une courbe de niveau nous conduit au pied de la  Punta de la Negra (605 m) qu’une longue côte et un grand détour nous permet de rejoindre à VTT. Descente jusqu’à la voiture.

Alors que durant la matinée quelques gouttes éparses nous rafraîchissaient, le soleil est subitement apparu vers midi et avec lui les degrés sont vite montés, mais peu importe, nous avons prévu de monter à pied depuis le Portillo de Santa Margarita au Castillo de la Estaca (595 m) et au sommet, la Tripa Azul (630 m).

Résultat, 45 km de VTT et presque 7 km à pied sous une chaleur lourde.

Après avoir visité le village de Valareña où seul un bistrot apporte de l’animation en distillant sa musique nous rejoignons le camping ou une fois de plus la poussière tombera à flot sous la douche.   

 

Dimanche 24 mai.

Je décide de battre en retraite, depuis 01h00 du matin les averses orageuses se succèdent sans discontinuer apportant un cumul significatif pour la région, nous déjeunons entre deux averses et j’avise Claudine qu’il serait inintéressant de rouler sur des pistes collantes et sous la pluie dans un décor de plaine agricole bien insipide par rapport aux parcours des jours précédents, nous clôturons donc ce long week-end en regagnant Lourdes sous des averses qui ne nous abandonnerons vraiment qu’à la sortie de la vallée d’Aspe.







CLUB ALPIN FRANCAIS LOURDES CAUTERETS
1 PLACE DE LA REPUBLIQUE
RESIDENCE LE LAVEDAN
65100  LOURDES
Contactez-nous
Tél. 05 62 42 13 67
Permanences :
mercredi et vendredi de 16h00 à 19h00
Agenda