Carnet de route

Mont Gez

Le 07/02/2015 par Orssoneau Jean François

 CAF de LOURDES / CAUTERETS.

 

sortie raquettes du 07 février au Mont de Gez.

 

Récit d’un néophyte du CAF à sa (presque)-première sortie raquette:

Par un petit matin calme de février, Julien (notre néophyte) rejoint au bureau de Lourdes Jean-François, l'encadrant de la sortie, Michel (lequel, en dépit de son jeune âge, n'a cessé d'évoquer ses petits-enfants dont il semblait vouloir s'échapper à tout prix), et Paule, ponctuelle, avec son sac tout prêt, son ARVA bien à elle... Comme elle n'avait oublié que sa pelote de laine (car Paule semble s’être mise à tricoter, mais on ne sait pas bien quoi), nous nous rendons en voiture à la sortie de Gez sur les hauteurs d'Argelès, pour entamer l’ascension du Mont de Gez.
Cette ascension réserve bien des surprises à notre néophyte: elle se déroule en grande partie sur le plat - voire en descente -; nous fait suivre des cours d'eaux, chaussés de nos raquettes (il est bien connu que la raquette est le moyen de transport le plus agréable sur les cailloux); nous fait traverser des bosquets sur des sentes empruntées (d'ordinaire) uniquement par des sangliers, ce qui nous oblige à grimper sur les branches (pratique, là encore, avec les raquettes...), à passer sous des arbres couchés en travers, tout cela au péril constant d'être enseveli par la chute (parfois accidentelle, souvent provoquée par une main "innocente") de la neige perchée sur les arbres sous lesquels on passe; nous fait suivre un chemin praticable en été, mais encombré en hiver (ce qui donne l'occasion de demander des comptes à la DDE qui n’est pas venu tronçonner jusque là, et à l'encadrant qui n'a pas fait sa reconnaissance préalable); il entend ses accompagnateurs parler de "corde passée au cou", de "coup de bâtons de ski", avec une virulence qui l'étonne, bien que le tout ait l'air de se dérouler dans la bonne humeur la plus manifeste; il n'a pas le soleil qu'on lui avait promis (après une timide apparition vers midi, ledit soleil se recache aussi sec).
Arrivé au sommet, après avoir admiré la vue sur Argelès et la vallée (pas sur les sommets restés dans les nuages, ce qui évita maintes erreurs de description topographique), mangé les habituels sandwichs (même si certains en mangent à l'andouille, ce qui, il faut le dire, n'est pas si habituel), il doit rechercher un ARVA perdu dans la neige (quelle drôle d'idée de laisser traîner son ARVA), afin d'être en mesure (le jour venu - à Dieu ne plaise) de retrouver l'ARVA avec son porteur emporté par une méchante avalanche. On précisera que notre néophyte échoue dans cette tentative, mais qu'il s'est promis de recommencer.
Après tant d'aventures, nous redescendons au milieu des bois, sous les arcades-cathédrales des bosquets de noisetiers ployés sous le poids de la neige, croisant parfois de véritables igloos formés de la sorte (qui auraient pu fournir à Michel, s’il s’était obstiné à éviter ses petits enfants, un refuge pour les jours suivant). Mais comme les noisetiers ne plient pas toujours comme le roseau et qu'ils rompent parfois comme le chêne, le chemin barré nous force à terminer notre périple par la route, ce qui ne fut pas désagréable.
Le bar d'Azun ayant permis de se remettre de ses émotions, notre néophyte promit qu'il n'en resterait pas là et participerait à l'avenir à d'autres sorties du CAF. Elle est pas belle, la vie?

 

Julien.







CLUB ALPIN FRANCAIS LOURDES CAUTERETS
1 PLACE DE LA REPUBLIQUE
RESIDENCE LE LAVEDAN
65100  LOURDES
Contactez-nous
Tél. 05 62 42 13 67
Permanences :
mercredi et vendredi de 16h00 à 19h00
Agenda