Carnet de route

RDN: Escuzana

Le 21/07/2013 par Jean

Initialement j’avais prévu une « reco » sur la boucle Escuzana / Brèche de Roland depuis le col des Tentes qui pourrait être le retour du bivouac que j’organise fin août. Le club ne proposant pas de rando ce we je propose à Valérie de l’officialiser, bien nous en a pris puisque Aurore, Camille, Cathy, Paule, Franck, Jean-François, Michel, reMichel et Xavier décident de se joindre à nous.

Le départ devant être matinal, tout commence le samedi soir Valérie proposant un bivouac prés du col de tentes hors limites du parc. Je ne vous conte pas le bivouac tout confort, encore un qui devrait laisser des souvenirs aux participants. Les orages annoncés « tournent » aussi au moment de se coucher le groupe se divise, il y a les pessimistes qui dorment dans les voitures, Aurore, Cathy, Valérie, Michel et Franck, les moins pessimistes qui ont choisi la tente Camille et Jean-François et enfin les optimistes qui choisissent d’admirer la voûte céleste, Paule, Jean, Michel et Xavier si tout le début de la nuit les éclairs nous ont entouré l’orage au final nous aura épargné. 

6h15 la troupe se lève, 7h40 après avoir fini de rejoindre le col des tentes nous partons sous un ciel encore bleu. Pour un certain nombre c’est la reprise alors si les 1300 m de dénivelé annoncés sont déjà conséquents les 18 km sont eux inquiétants d’autant plus qu’il reste encore beaucoup de neige. Franck est le local de l’étape et connaît déjà très bien le parcours de fait c’est lui qui prend la tête (en mettant un peu le frein à main car, comme toujours, il est en forme le bougre !), Valérie se positionne au milieu de groupe et moi je ferme la marche.

La parcours un peu « particulier » pour rejoindre l’Escuzana est comme prévu apprécié de tous, la progression est entrecoupée de pause pour regrouper tout le monde, et c’est dans les délais prévus que nous rejoignons le sommet, il n’est pas midi mais le petit déjeuner est loin alors c’est casse-croûte d’autant qu’il n’y a pas de vent mais les nuages commencent à bourgeonner, prémices des orages annoncés versant espagnol.

Il reste encore un long chemin alors après plus de 400 mètres de dénivelé négatif nous attaquons les 400 mètres de dénivelé positif qui nous mènent col Blanc. Au col les nuages deviennent vraiment menaçants et le tonnerre se fait entendre, nous devons rejoindre rapidement la Brèche de Roland. Après avoir accroché le mont Perdu l’orage nous revient par derrière, d’abord sous forme de pluie puis rapidement avec des grêlons gros comme des petits pois. Le tonnerre gronde juste au-dessus de nos têtes et son vacarme est amplifié par les parois, à plusieurs reprises nous stoppons notre progression et nous positionnons à distance des crampons et des piolets. Dés qu’il s’éloigne nous reprenons notre progression et passons enfin la brèche, comme prévu sur l’autre versant les conditions sont meilleures, un regroupement au refuge et nous reprenons notre marche avant de nous refroidir. Nous approchons du col du Boucharo et l’orage qui n’a pas dit son dernier mot nous y attends toujours bloqué à la frontière, nous l’effleurons et alors que nous nous pensons sortis d’affaire à cinq minutes des voitures lui et la pluie nous retombent dessus. C’est vers 17h 30 et encore un peu plus trempé que nous nous engouffrons dans les voitures pour rejoindre la grange de Holle.

Au moment du débriefing bien installés dans la salle à manger du refuge c’est  pour moitié boissons chaudes et pour moitié boissons fraîches mais là où tout le monde se rejoint c’est pour dire que nous avons vécu une « sacrée journée », certains commencent à appeler ces sorties « les sorties à la Jean » mais je ne voie pas du tout ce qu’ils veulent dire ?

Photo: http://picasaweb.google.com/lourdes.ffcam







CLUB ALPIN FRANCAIS LOURDES CAUTERETS
1 PLACE DE LA REPUBLIQUE
RESIDENCE LE LAVEDAN
65100  LOURDES
Contactez-nous
Tél. 05 62 42 13 67
Permanences :
mercredi et vendredi de 16h00 à 19h00
Agenda