Carnet de route

Alpinisme: Pic de Barrassé

Le 22/01/2012 par Yves

Des nouvelles alarmantes nous parvenaient de toutes parts concernant l’état de la neige : de longues semaines sans ‘fraiche’, la pluie qui vient liquéfier la surface, puis le gel pendant la nuit, rien de bien engageant. Les accidents graves s’étaient d’ailleurs multipliés dans la semaine. Le weekend précédent, le CAF de Toulouse avait annulé toutes ses sorties raquette et ski de rando. Au programme de ce dimanche 22 janvier nous avions prévu le couloir ‘Le Petit Dernier’ au Pic de Barrassé. Certes, l’escalade d’un couloir se fait crampons aux pieds, mais c’est tout de même avec prudence que nous nous sommes dirigés vers la vallée de Campan. Y aurait-il suffisamment de neige ? Serait-elle verglacée ? il n’était pas question de faire prendre des risques à la petite troupe, Jackie me l’avait bien rappelé.
Au virage du Garret, point de départ de la marche d’approche, nous étions cinq : Cédric Dupont avec qui nous avions grimpé ‘Des clous pour la poudre’ précédemment, Frédéric Millan du CAF de Tarbes et deux néophytes des couloirs, Jérome Coy et Bérangère Gourdon.
D’entrée, le raidillon au dessus du virage du Garret évoquait Holiday on Ice. Pas question de suivre le creux du chemin qui était rempli de glace vive. Comme nous n’avions pas envie de chausser les crampons si loin de l’objectif et que le terrain n’était pas périlleux, nous avons fait les bordures tout en révisant les fondamentaux du patinage: pas glissé, grand écart, salto, boucle piquée… A ce stade là, vous vous êtes normalement rendus compte que je n’y connais strictement rien et que je raconte n’importe quoi.
Bref nous parvenons sur le premier plateau, puis le second. Nous avançons plus facilement jusqu’au niveau de la cabane, à partir de laquelle, après quelques zig-zag pour rester sur les pentes redevenues herbeuses, les choses commencent à se compliquer : la neige croûtée cède à chacun de nos pas et c’est avec un capital énergie passablement entamé que nous parvenons au pied du premier couloir de la face nord, Ker Krolik. On distingue bien le cheminement  de ‘Des Clous pour la Poudre’ qui comporte de nombreux passage très ‘secs’. On ne distingue pas ‘le Petit Dernier’ depuis l’endroit où nous sommes. Il risque d’être ‘sec’ lui aussi. Va-t-on prendre le risque d’aller jusqu’au départ et de rebrousser chemin parce qu’il manquera de neige ? Et puis le groupe comporte deux débutants en couloir et le ‘Petit Dernier’ est côté D- . D’un commun accord nous décidons que Ker Krolik constituera une très bonne initiation.
Nous voilà partis dans la pente peu impressionnante de ‘Petit Lapin’ puisqu’il paraît (que ceux qui savent me le confirment) que c’est ce que signifient ces deux mots Bretons importés de terre bigoudène en terre bigourdane. Nous montons en ‘corde tendue’ car dès que nous attaquons le couloir, la neige qui n’a pas vu le soleil de l’hiver dans cette face nord, se révèle souple tout en étant peu profonde. Cédric et Jérome prennent la tête tandis que je suis avec Bérangère et Frédéric.
L’ascension se fait sans encombre si l’on excepte un petit coup de mou dans les derniers 50 m dû à la débauche d’énergie dans la marche d’approche. Bientôt nous débouchons sur la crête. Temps magnifique, vue superbe, température clémente. Il n’est pas trop tard, nous prenons donc le temps de casser la croûte, bien calés au soleil.
La descente par le couloir sud-est ne présentera pas davantage de difficulté. La neige transformée et réchauffée par le soleil généreux porte bien, et à 16h nous sommes de retour à la voiture. A 16h30 nous sommes chez Maryse à Campan pour le pot traditionnel. A 18h nous sommes de retour à Lourdes où le plus dur reste à faire pour moi : finir de corriger mes copies pour le lendemain matin. Heureusement, la quille approche ! 
photos: http://picasaweb.google.com/lourdes.ffcam







CLUB ALPIN FRANCAIS LOURDES CAUTERETS
1 PLACE DE LA REPUBLIQUE
RESIDENCE LE LAVEDAN
65100  LOURDES
Contactez-nous
Tél. 05 62 42 13 67
Permanences :
mercredi et vendredi 16h00 à 19h00
Agenda